sans Gluten régime mode proteine healthy

Le gluten est une partie d’une protéine contenue dans certaines céréales : les céréales S-A-B-O-T : seigle, avoine, blé, orge et tritical (hydride entre le blé et le seigle). En réalité, on en trouve aussi dans l’épeautre et le kamut. Il existe donc des glutens (de blé, de seigle…).

Le problème : chez certaines personnes génétiquement prédisposées (ou dont la flore intestinale est déséquilibrée ou dont la muqueuse intestinale est trop perméable), l’organisme peut réagir contre cette fraction de protéines (infections, intolérances alimentaires, inflammations…). C’est donc la réponse au gluten, plus que le gluten lui-même, qui peut poser problème et dont les causes résultent de plusieurs facteurs.

Donc, sans un diagnostic, sans symptômes digestifs ou immunitaires, exclure systématiquement le gluten de son alimentation, relève plus d’une mode et peut même vous poser des problèmes de santé si cette éviction n’est pas bien menée.

D’où ces 4 raisons fausses raisons d’arrêter le gluten :

1/ “Parce-que manger sans gluten fait perdre du poids”

Ce n’est pas automatique ! Clairement pas. Des marques à la caution « santé » se sont lancées dans l’élaboration de produits sans gluten. Résultat ? La composition de certains pains de mie ou de certains gâteaux dits « diététiques » m’inquiète : moins de fibres, moins de protéines et souvent plus de sucre. D’accord, il n’y pas de gluten, mais les petites faims régulières, sans parler des risques de devenir diabétique, n’aide pas à perdre du poids.

2/ “Parce-que le #noglu, c’est healthy”

Cette association noglu/healthy ne veut rien dire. Sauf pour les vrais intolérants qui peuvent faire une réaction extrêmement violente. Donc, non, ce n’est pas forcément healthy. Une enquête de 2016 de 60 millions de consommateurs a montré que certains produits sans gluten contenaient plus d’épaississants et plus d’émulsifiants que les mêmes produits avec gluten. Avec un prix 2 à 4 fois plus élevé ! Pour se mettre sur la voie d’une vie plus healthy, la solution est simple : une alimentation à base de produits frais, vrais, bruts et non transformés.

3/ “Parce-que je me sens moins ballonnée”

Certains sont “sensibles” au gluten, d’autres totalement intolérants et d’autres c’est juste une question de mode. Oui certaines personnes vont se sentir mieux lorsqu’elles mettent un stop au gluten. Le gluten n’est pas toujours la cause de la réduction de ballonnement, généralement quand on arrête le gluten on fait aussi attention à côté à son alimentation. Par exemple, en France, c’est le pays du pain. Mais aujourd’hui, c’est pour le meilleur et pour le pire. Celles et ceux qui arrêtent le gluten ne consomment plus de pain. Or, une baguette de pain blanc « classique » contient plus de dix additifs, lesquels peuvent également être à l’origine de ballonnements et/ou perturber notre flore intestinale.

4/ “Ma prof de yoga s’est mise au sans gluten”

Elle est belle, fine, souple, le ventre plat ? C’est super pour elle si elle se sent mieux sans le gluten, mais il faut savoir que les profs de yoga sont naturellement moins tournés vers les excès alimentaires ! Vous ne savez pas grand chose sur votre prof de yoga, donc vous ne pouvez pas savoir s’ils ont besoin d’arrêter ou pas ! C’est comme la perte de poids ou la nutrition d’avant course : ce qui marche pour votre voisin(e) ne marchera pas nécessairement pour vous !

Pour résumer…

On comprend les industriels : on balance du “sans gluten”, avec moins de fibres, de protéines et plus de sucres, et on vend ça plus cher ! Forcément, ça donne envie.

Mais sans diagnostic médical (avec un dosage d’anticorps ou des biopsies), il n’y a aucune raison physiologique de s’en passer ! D’autant plus que si vous réintroduisez des produits contenant du gluten, bonjour les ballonnements ! Enfin, et surtout, plutôt que de faire une fixette sur le « sans », commencez à zoomer sur l’alimentation « avec » : avec des vitamines et minéraux, avec des glucides intelligents, avec des protéines de qualité, avec de l’énergie, avec du tonus, avec de la bonne humeur (grâce aux bonnes bactéries).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires